Chicanes d’enfants : s’en mêler ou non?

Que faire lors des nombreuses chicanes qui éclatent entre notre enfant et ses pairs? Rester en retrait des disputes pour laisser les enfants gérer eux-mêmes leurs conflits serait profitable pour eux.

Les conflits chez les tout-petits

« C’est mon toutou! » « Nooooon! C’est à moi! Mamaaaaaan… ». Ça vous dit quelque chose?  Les tout-petits ont une vision très égocentrique du monde qui les entoure. Voulant combler leurs propres besoins avant tout, il est difficile pour eux de patienter, de partager, d’écouter, etc. Les chicanes entre pairs sont donc inévitables lors de la petite enfance et de l’enfance. Elles font même partie de leur quotidien! Et c’est tant mieux! Grâce à leurs chamailleries, les enfants apprennent les attitudes nécessaires à la vie en société : affirmation de soi, respect de l’autre, respect des limites, partage, compromis, etc.

Que faire en tant que parent?

Lorsqu’une chicane éclate, on recommande donc aux parents de guider les enfants de façon à ce qu’ils règlent eux-mêmes leur conflit. Évidemment, s’il y a présence de comportements inadéquats ou si la sécurité d’un des enfants est menacée, il est préférable de les séparer immédiatement en expliquant que ces comportements sont inacceptables. On console d’abord la « victime » et on tente ensuite d’aider les petits à régler leur dispute. Voici quelques pistes qui pourraient vous aider :

– On peut rappeler aux enfants les limites et les règles de vie;

– On peut séparer les enfants, lorsque nécessaire, pour un retour au calme;

– On peut rester neutre en évitant de prendre parti (surtout si on ignore ce qui s’est passé et qui a commencé la chicane);

– On peut chercher l’attention des enfants, en se plaçant à leur niveau et en leur demandant d’expliquer la situation, tour à tour, sans accuser leur ami;

– On peut résumer le problème avec calme pour laisser les petits traiter l’information;

– On peut susciter l’empathie des enfants en leur demandant de se mettre à la place de l’autre;

– On peut amener les enfants à trouver des compromis par eux-mêmes ou suggérer quelques pistes de solutions, tout en leur laissant choisir celle qui leur convient le mieux.

Évidemment, dans le feu de l’action, il arrive qu’un parent choisisse de régler lui-même le différend. C’est plus rapide après tout et plus simple aussi!  Bref, à chacun sa méthode! Un conflit à la fois!

TAGS: . .

AUTRES ARTICLES