L’intimidation : Qu’est-ce que c’est?

Mon jeune peut être confronté à différents types d’intimidation.

L’intimidation chez les jeunes fait beaucoup parler d’elle dernièrement. Phénomène récent? Bien que le terme « intimidation » soit relativement nouveau, la problématique en soi existe probablement depuis toujours. Ajoutons à cela Internet et autres technologies qui viennent multiplier les moyens et les possibilités d’intimidation (cyberintimidation).

Notre jeune peut être confronté à l’intimidation assez tôt, dès le primaire. Par contre, on sait que c’est au début du secondaire que la problématique prend le plus d’ampleur. Elle diminue ensuite graduellement jusqu’à la fin de l’adolescence.

Comme parent, il n’est pas toujours facile de départager les conflits dits « normaux » survenant entre les jeunes des situations d’intimidation. À quel moment s’agit-il de taquineries et quand franchit-on la limite menant à l’intimidation? Tout d’abord, l’intimidation renvoie forcément à des gestes de violence psychologique, verbale ou physique.

Un jeune qui intimide peut décider de s’en prendre directement à un autre par des insultes, de mauvaises blagues, des menaces verbales (ou par le biais d’internet), des gestes d’humiliation, de la violence physique, des regards menaçants ou même du taxage. Il existe aussi un autre type d’intimidation plus sournois, difficile à identifier et qui peut paraitre anodin à première vue.

L’intimidation indirecte consiste à répandre des rumeurs, nuire à la réputation de quelqu’un, manipuler ou monter les autres contre une personne, créer des difficultés ou encore, ignorer ou rejeter.

Bref, dans tous les cas, l’intention derrière le geste est généralement consciente et vise à blesser, nuire ou faire du mal à l’autre. Bien qu’un seul geste ou une seule situation d’intimidation suffise à laisser des marques et causer une détresse chez un jeune qui est victime, on y retrouvera habituellement un caractère répétitif : « À chaque fois que je le croise dans le corridor, il me pousse ou me crie des insultes! » Finalement, l’intimidation inclut aussi un rapport de force inégal entre le jeune qui intimide et celui qui est victime.

Que ce soit parce que le jeune qui intimide est plus vieux, plus grand, plus fort, qu’il a une personnalité plus dominante, qu’il possède plus d’amis ou qu’il détient des informations lui permettant de faire «chanter» l’autre, les deux partis concernés ne sont définitivement pas égaux.

Ainsi, l’intimidation peut prendre plusieurs formes et il est possible que notre jeune y soit confronté à un moment ou un autre. Il est donc important comme parent d’être attentif aux signes que notre jeune peut nous envoyer afin d’être présent pour lui s’il en a besoin. Si vous avez des questions, vous pouvez en tout temps téléphoner un intervenant de LigneParents.

AUTRES ARTICLES