Discipline et attitudes parentales

Les attitudes d’un parent influencent à la fois ses interventions et la capacité de son jeune à faire des apprentissages.

Les attitudes d’un parent influencent souvent ses interventions disciplinaires, mais aussi la capacité de son jeune à faire des apprentissages.

Bien se connaître

En tant que parent, il faut connaître ses propres valeurs avant de vouloir les transmettre à son enfant. Cela implique de s’écouter, de s’accorder des moments pour y réfléchir, mais aussi de donner préséance à sa propre voix avant celle de la famille, des voisins ou de l’école. Il devient alors primordial de connaître les valeurs qui sont importantes pour nous.

Connaître ses priorités

Comme parent, je ne peux pas changer le comportement de mon adolescent instantanément, mais je peux lui permettre au fil du temps de faire différents apprentissages qui auront une influence sur son comportement et son autodiscipline. En tant que parent, je peux donc me questionner sur les apprentissages que je veux que mon jeune fasse et ainsi voir quelles règles je dois prioriser pour lui permettre de faire ces apprentissages.

S’intéresser au cheminement de son jeune

Le fait de s’intéresser de près à l’adolescent, aux défis auxquels il fait face, à ses bons moments comme à ses moments plus difficiles permet de personnaliser la discipline que l’on met de l’avant.

Différencier son jeune de ses comportements

L’adolescent n’est pas ses comportements. Si je vois mon adolescent comme quelqu’un de bien qui fait de mauvais choix ou qui ne connait pas de meilleures alternatives, il sera plus facile pour moi d’intervenir auprès de lui.

Être compréhensif

On ne peut pas tout inculquer à un adolescent d’un seul coup. Il peut se tromper et refaire plusieurs fois le même comportement avant de faire l’apprentissage. Ses rechutes et ses refus font également partie de son apprentissage!

Demeurer réaliste

Des objectifs trop élevés ainsi que des attentes trop grandes peuvent faire en sorte que le parent passe à côté de ses propres objectifs disciplinaires. Le jeune doit être vu comme une personne unique, sans le comparer à un autre jeune ou à un modèle parfait à atteindre!

Être positif

La discipline, ce n’est pas seulement de dire « non ». C’est aussi de se rappeler les moments où notre jeune a bien appliqué un règlement ou s’est comporté de façon adéquate.

 

 

TAGS:

AUTRES ARTICLES