Diagnostics en santé mentale et adolescence

Il n’est pas facile en tant que parent d’aider notre jeune qui souffre. Quand faut-il s’inquiéter? Quand faut-il consulter? Ce texte donne des renseignements à ces sujets.

De nombreux changements

Un adolescent est un être en développement. Il vit de nombreux changements à la fois physiologiques, hormonaux et psychologiques. Il construit aussi sa personnalité et vit toutes sortes d’enjeux qui sont nouveaux pour lui. C’est donc une période de construction, d’expériences diverses et d’apprentissages sociaux. On peut voir apparaître chez les adolescents des déprimes passagères, des humeurs changeantes, des périodes de confusion ou de questionnements existentiels. Tout cela, dans une juste mesure, est tout à fait normal.

L’adolescence peut être un moment intense à la fois pour les parents et les adolescents. Devant certains changements d’humeur ou de comportements chez l’adolescent, un parent inquiet peut être tenté de chercher des réponses sur Internet et y trouver des diagnostics touchant la santé mentale pour comprendre ou s’expliquer l’état de leur adolescent. Il peut être rassurant d’avoir un diagnostic, car ça peut donner l’impression qu’on peut soigner ou aider le jeune.

 

Qui peut donner un diagnostic?

Poser un diagnostic est réservé exclusivement à certains professionnels de la santé. Ces professionnels s’appuient sur une liste de critères spécifiques, en plus d’évaluer l’intensité et la durée des symptômes avant de poser un diagnostic. Un suivi psychothérapeutique peut être offert par divers professionnels, dont plusieurs psychologues, travailleurs sociaux,  psychoéducateurs, etc. Par ailleurs, les médecins sont les seuls à pouvoir prescrire une médication, si nécessaire.

 

Peut-on se fier sur des critères vus sur Internet?

Nous avons tous des traits de personnalité qui nous distinguent et nous rendent uniques. Lorsque l’on cherche des réponses sur Internet sur certains traits de personnalité, on peut rapidement passer du « trait » au « trouble » alors qu’il y a une énorme différence entre les deux. Avant de diagnostiquer un trouble, il est utile que cette personnalité soit bien définie et construite, ce qui n’est pas le cas d’un adolescent. Si certains problèmes de santé mentale sont perceptibles dès l’adolescence, il est important de savoir que le fait de diagnostiquer un jeune en plein développement n’est pas toujours recommandé

En résumé, il est utile de faire preuve de prudence avec les diagnostics en santé mentale durant l’adolescence et de tenir compte des situations que l’adolescent vit dans l’évaluation de son état général.

 

Quand consulter?

Cela dit, un jeune peut traverser des moments ou des états d’âme difficiles et avoir besoin d’aide psychologique. Il est temps de s’inquiéter quand l’état général de notre jeune ne s’améliore pas ou même se détériore après quelques semaines, que sa vie sociale en souffre ou même sa motivation à étudier ou à travailler est affectée.

 

Quoi faire pour aider notre jeune?

On peut choisir de parler à notre jeune pour lui exprimer notre inquiétude. Bien sûr, parler à un jeune qui ne parle pas ou qui souffre visiblement, n’est pas nécessairement une tâche simple. Si les efforts qu’on fait sont sans effets sur notre adolescent, alors il est peut-être temps d’aller chercher une aide extérieure.

Si le jeune a 13 ans ou moins, le parent peut prendre rendez-vous avec un psychologue pour lui. Si le jeune a plus de 14 ans, un parent ne peut pas l’obliger à consulter un professionnel de la santé mentale.  Toutefois, le jeune n’est pas tenu d’avoir l’autorisation de ses parents pour consulter.  Ainsi, si on a sa collaboration, on peut demander de l’aide à son CLSC ou trouver un psychologue dans le réseau privé.  Certaines universités offrent aussi des services psychologiques à moindre coût avec les étudiants au doctorat en psychologie. Cette option peut être utile pour ceux qui se butent à une longue liste d’attente dans le réseau public.

Il est à noter que parfois certaines dynamiques familiales peuvent contribuer aux difficultés de l’adolescent. Il arrive aussi qu’un adolescent qui souffre puisse présenter des idées suicidaires. Pour des questions à ces sujets, n’hésitez pas à appeler LigneParents.

 

 

 

AUTRES ARTICLES